Paris-Jour

 
Paris-Jour est un quotidien lancé en 1959 par le groupe de presse de Cino Del Duca, repreneur de Franc-Tireur. Après la disparition de Cino Del Duca, en 1967, le journal a été dirigé par son épouse. Une très longue grève de la rédaction a entraîné la fermeture du journal en 1972.

Les Éditions Mondiales Cino Del Duca, jadis les plus grands éditeurs de Tarzan en France, établirent un nouveau record en quantité et en durée, quand ils publièrent les aventures du Seigneur de la Jungle dans leur journal quotidien. En effet, commencée en septembre 1959, poursuivie jusqu’à fin janvier 1972, la B.D. de Tarzan a eu la faculté de paraître en 7562 bandes dans Paris-Jour.

En règle générale, il y avait deux bandes dans chaque numéro du journal. Exceptionnellement, pour une question de mise en page, une seule bande était publiée dans certains numéros. La numérotation des bandes de Paris-Jour n’avait aucun rapport avec la numérotation originale des bandes journalières et pages du dimanche américaines.

Les débuts de la bande ne furent guère encourageants, la première histoire commençait au milieu d’un épisode. La dernière bande (7562) fut tout aussi frustrante, puisque l’histoire ne se terminait pas… Mais, pour les anciens aficionados (dont nous sommes), cela ne présentait guère de problèmes, vu que le procédé était courant dans les hebdomadaires de l’Âge d’Or (Robinson, Hurrah, L’Aventureux, etc.)

Les bandes quotidiennes furent, en général, reproduites très fidèlement, sauf dans de rares cas au début ou à la fin d’une histoire (image manquante ou modifiée). Les pages du dimanche heureusement peu nombreuses ne bénéficièrent pas d’un aussi bon traitement, ainsi que vous allez le (sa)voir. Le quotidien Paris-Jour avait publié du début jusqu’à la bande Paris-Jour n° 1604 des bandes quotidiennes de John Celardo et Rex Maxon en alternance. Le 4 juillet 1962, changement de décor : à partir de la bande Paris-Jour n° 1605 jusqu’à la n° 1627, nous trouvons un épisode de Celardo issu des planches du dimanche (~PD 1486 à 1493). Il y manque la moitié de la première planche (que l’on peut trouver plus tard dans l’album « Tarzan, tout en couleurs » n° 10 du même éditeur.

Nous voyons apparaître ensuite aux bandes Paris-Jour n° 1628, 1629 et 1630 un extrait de l’épisode « Tarzan et les Chinois » dessiné par Burne Hogarth, mais cet extrait ne correspondait pas au début de l’histoire ! S’étant aperçu de son erreur, le quotidien Paris-Jour reprenait le 19 juillet 1962 (Bande Paris-Jour 1631) « Tarzan et les Chinois » depuis le début, ou presque… car il y manquait quand même la première moitié de la planche du dimanche originale. L’épisode s’achève à la bande Paris-Jour 1728 du 13 septembre 1962. Nous constatons donc, avec amusement, que trois bandes de Paris-Jour furent publiées deux fois (Bande Paris-Jour 1628, 1629 et 1630 = bandes Paris-Jour 1693, 1694 et 1695).

Après cet intermède consacré à Hogarth, Paris-Jour publia encore un épisode issu des planches du dimanche, dessiné par Celardo (bandes Paris-Jour 1729 à 1806). Cette histoire, correspondant environ aux planches du dimanche 1544 à 1569, ne se termina malheureusement pas dans Paris-Jour : la dernière planche, manquante, figurera plus tard dans l’album « Tout en couleurs » n° 13 du même éditeur. L’expérience des pages du dimanche n’ayant pas été concluante, il n’y eut plus que des bandes quotidiennes dans le journal à partir de la bande Paris-Jour 1807.



CONCLUSION

Nous trouvons dans ce journal, comme dans la plupart des autres publications B.D. de Cino Del Duca, un joyeux mélange d’histoires provenant de divers dessinateurs avec cependant un maximum de bandes quotidiennes et un minimum de planches du dimanche, la chronologie n’étant guère respectée et certains dessins (ou planches) étant tout simplement supprimés. Il faut pourtant dire que ces bandes étaient constituées, en grande partie, avec des histoires inédites pour le lecteur français, surtout dans le cas de Manning (réédité, beaucoup plus tard, dans les petits albums « Tout en couleurs »), Lubbers (réédité également en grande partie) et Celardo (beaucoup moins réédité, et donc doublement inédit).

Paris-Jour est, à ce titre, un journal très intéressant. Malheureusement, comme tous les journaux quotidiens, il est très difficile à collectionner : encombrement maximum (à moins de découper les bandes), papier très fragile, rareté des exemplaires (peu de gens conservent les quotidiens).
 
CONTENU
Numéros 1 à 344
John Celardo (Bandes quotidiennes 5888 à 6462)

Numéros 344 à 443
Rex Maxon (Bandes quotidiennes 1333 à 1512)

Numéros 443 à 677
John Celardo (Bandes quotidiennes 6481 à 6948)

Numéros 677 à 867
Rex Maxon (Bandes quotidiennes 2219 à 2508)

Numéros 868 à 879
John Celardo (Planches du dimanche 1486 à 1493)

Numéros 879 à 880
Burne Hogarth (Planches du dimanche 394)

Numéros 881 à 929
Burne Hogarth (Planches du dimanche 378 à 402)

Numéros 930 à 968
John Celardo (Planches du dimanche 1544 à 1569)

Numéros 969 à 1191
John Celardo (Bandes quotidiennes 6949 à 7394)

Numéros 1192 à 1311
Rex Maxon (Bandes quotidiennes 1513 à 1728)

Numéros 1311 à 1422
John Celardo (Bandes quotidiennes 7395 à 7616)

Numéros 1422 à 1458
Rex Maxon (Bandes quotidiennes 1729 à 1782)

Numéros 1459 à 1590
Rex Maxon (Bandes quotidiennes 1 à 200)

Numéros 1591 à 1759
John Celardo (Bandes quotidiennes 7617 à 7956)

Numéros 1760 à ?
Burne Hogarth (Bandes quotidiennes 2509 à 2616)

Numéros ? à 1959
Dan Barry (Bandes quotidiennes 2617 à 2832)

Numéros 1960 à 2073
John Celardo (Bandes quotidiennes 7957 à 8184)

Numéros 2074 à ?
Dan Barry (Bandes quotidiennes 2833 à 2892)

Numéros ? à ?
John Lehti (Bandes quotidiennes 2893 à 2958)

Numéros ? à 2253
Paul Reinman (Bandes quotidiennes 2959 à 3012)

Numéros 2254 à 2495
John Celardo (Bandes quotidiennes 8185 à 8667)

Numéros 2496 à ?
Paul Reinman (Bandes quotidiennes 3121 à 3276)

Numéros ? à 2694
Nick Cardy (Bandes quotidiennes 3277 à 3360)

Numéros 2695 à 2918
Bob Lubbers (Bandes quotidiennes 3415 à 3756)

Numéros 2919 à 3013
John Celardo (Bandes quotidiennes 8668 à 8856)

Numéros 3013 à 3407
Russ Manning (Bandes quotidiennes 8857 à 9645)

Numéros 3408 à 3846
Bob Lubbers (Bandes quotidiennes 3757 à 4482)



© Michel Vannereux