L'hebdomadaire Tarzan

 
Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, les Éditions Mondiales de Cino Del Duca se remirent à publier divers illustrés, et l'une de leurs plus grandes réussites fut l'hebdomadaire Tarzan. Il s'agit en fait du deuxième portant ce titre si on tient compte du Tarzan publié en zone libre en 1941 mais qui ne dura que trente-quatre numéros. Ce nouveau titre aura 293 numéros au total et une deuxième série ira jusqu'au 31.

Le premier numéro sortit le 19 septembre 1946. Chaque illustré faisait 8 pages (jusqu'au 181), puis 12 pages. À tout seigneur, tout honneur, la première page était consacrée à Tarzan, et dans certains numéros, il avait droit également à la dernière page. L'intérieur était en couleur et en noir et blanc, et on trouvait un peu de rédactionnel. De très nombreuses histoires furent publiées : traduites de l'américain, de l'italien ou françaises. Citons entre autres La Chauve-souris (Batman), Les extraordinaires aventures de Petit Castor (Red Ryder) ou Les Misérables (par René Giffey). Il y eut même des romans-photos.

Avec un tirage hebdomadaire de 250 000 exemplaires, Tarzan remportait un grand succès et s'il s'arrêta en 1952, ce ne fut pas par l'absence de lecteurs mais par une campagne de presse où l'on traîna l'homme-singe dans la boue, l'accusant de tous les maux. On lui reprochait son environnement fantastique, le fait d'aller presque nu, son mauvais exemple pour la jeunesse ou son asociabilité. Mais surtout, on lui reprochait (sans l'avouer ouvertement) d'être américain et d'avoir du succès !


PARTICULARITES

Les n° 29 et 30 sont parus uniquement en noir et blanc, mais avec l'en-tête/titre en rouge.

Les n° 66 et 68 sont parus sur 4 pages au lieu de 8, suite à une pénurie de papier.

Dans le n° 188, la direction du journal déplore déjà une campagne de dénigrement de la part d'adversaires "politiques". La réponse du journal est claire et nette : "Nous n'avons rien à nous reprocher, rien à regretter…" Mais "la concurrence déloyale des uns, la preuve d'ignorance et la malignité des autres" commencent donc déjà à saper la base des publications Tarzan, soit un peu plus de deux ans avant que l'éditeur ait jugé nécessaire de se saborder, à son grand regret, et avec la certitude que son journal et d'autres ne méritaient pas cela, et surtout n'étaient coupables en rien.
 
D’après l’article de Roland De Graeve, paru dans La tribune des amis d’Edgar Rice Burroughs n° 76 (octobre 2010)
 

Numéros
Dessins
Source
1 à 81
Rex Maxon B.Q. 1945 à 2509
81 à 92
Burne Hogarth B.Q. 2509 à 2616
92 à 125
Dan Barry B.Q. 2617 à 2892
126 à 138
Hal Foster B.Q. 1 à 55
138 à 139
René Brantonne Prod. française
139 à 140
Hal Foster B.Q. 55 à 60
140 à 147
John Lehti B.Q. 2893 à 2958
147 à 152
Paul Reinman B.Q. 2959 à 3012
153 à 158
Burne Hogarth P.D. 897 à 947
159 à 178
Paul Reinman B.Q. 3013 à 3198
179 à 184
Burne Hogarth P.D. 948 à 972
184 à 192
Paul Reinman B.Q. 3199 à 3276
193 à 201
Nick Cardy B.Q. 3277 à 3360
202 à 212
Burne Hogarth P.D. 973 à 1010
212 à 218
Nick Cardy B.Q. 3361 à 3414
218 à 227
Bob Lubbers B.Q. 3415 à 3510
227 à 229
Burne Hogarth P.D. 1010 à 1015
229 à 251
Bob Lubbers P.D. 1016 à 1050
252 à 286
Bob Lubbers B.Q. 3511 à 3800
286 à 293
Bob Lubbers P.D. 1051 à 1066
   
1 à 3
Bob Lubbers B.Q. 3800 à 3858
3 à 19
Bob Lubbers B.Q. 3925 à 4230
19 à 31
Bob Lubbers P.D. 1094 à 1160


© Michel Vannereux