Le Moustique

 

Le Moustique, principalement lu par la gent masculine, est le grand frère du Spirou, car né quatorze ans avant son cadet. Au début, il publiait surtout des romans-feuilletons, des dessins et des articles humoristiques. Plus tard, il devint le journal-support pour les programmes de la radio, puis, le journal-support pour les programmes de la télévision, ce qu'il est encore de nos jours, du moins pour la Belgique. Il a aussi publié beaucoup de bandes dessinées, surtout durant les années 50, et notamment de très bonnes séries américaines, au moment où Spirou et la plupart des journaux français de bandes dessinées durent abandonner les Américains à la suite de la campagne de presse française anti-comics, où, pour la première fois, les communistes et les catholiques furent d'accord et agirent de concert. Le Moustique a publié, dans ses pages "Reportages" et "Cinéma", plusieurs articles sur Tarzan et les films de Weissmuller. La bande dessinée de Tarzan publiée dans Le Moustique est la suite immédiate de celle parue dans Spirou, quoique il y ait un décalage important dans les dates de publications. Le Moustique a accueilli les planches du dimanche (en noir et blanc) de Tarzan dans ses pages, du n° 1320 (13 mai 1951) au n° 1371 (4 mai 1952), à raison de deux planches par numéro. Le n° 1319 contient une demi-page de publicité avec un dessin de Hogarth et un texte qui, rétrospectivement, nous en dit long sur la valeur et la célébrité du dessinateur, ce qui, en 1951, devait sembler être étonnant pour un lecteur européen. Voici le détail des parutions :

Les bandeaux-titres, uniformes, sont repris une fois sur deux dans les numéros 1320 à 1333. À partir de la seconde page "Tarzan" du n° 1333 et jusqu'au n° 1342 compris, les bandeaux sont différents chaque fois. Jusqu'à ce numéro 1342, le format accordé aux planches est de 19,3 x 27,8. Mais, à partir du n° 1343 et jusqu'à la fin, il n'y a plus de bandeaux, et le format des planches devient 19,3 x 18,5. Certains dessins provenant des bandeaux d'origine sont pourtant repris dans les derniers numéros, mais au détriment d'autres dessins réduits ou supprimés. Ainsi, dans le n° 1361 du Moustique, la presque totalité de la planche 1029 a disparu.

Curieusement, Hogarth n'a pas été très censuré, mais l'histoire des Ononoes a été tout simplement supprimée : le fantastique n'était guère en odeur de sainteté en 1951. Dans les planches 934 et 939 ("L'île de Mua-Ao"), un dessinateur-retoucheur belge distrait a cru bon de remplacer un tigre par une panthère, croyant de bonne foi qu'il s'agissait d'une erreur due à l'artiste américain ; mais, avant d'y mettre sa panthère (sans doute originaire du Congo belge, puisque c'était avant l'indépendance du Zaïre !), il aurait bien fait de lire le début de l'histoire dans Spirou... Bob Lubbers, lui, a subi dans Le Moustique les sévices d'Anastasie à cause de ses (trop) belles femmes !

Les planches parues sont quasi toutes excellentes, malgré les pages en noir et blanc, mais le manque de couleurs est compensé par la splendeur du trait.



D’après l’article de Roland De Graeve, paru dans La tribune des amis d’Edgar Rice Burroughs n° 27 (octobre 1996)

Numéros
Dessins
Source
1320 à 1333
Burne Hogarth
P.D. 921 à 947
1333 à 1354
Burne Hogarth
P.D. 973 à 1015
1355 à 1371
Bob Lubbers
P.D. 1016 à 1094


© Michel Vannereux