Hurrah !

 
Fer de lance de l'éditeur Cino Del Duca, le journal hebdomadaire Hurrah débuta le 5 juin 1935 pour concurrencer Le Journal de Mickey que Winkler avait lancé en octobre 1934. Ce fut une grande réussite, puisqu'il dura jusqu'au n° 334 du 16 avril 1942, et ressuscita après-guerre sous des formes diverses. Imprimé généralement sur 8 pages, au format 27,6 x 38 cm, il ne contenait pratiquement que des bandes dessinées américaines de grande qualité, du moins jusqu'au début de la guerre.

De son n° 213 du 2 juillet 1939 à son n° 316 du 10 décembre 1941, ce journal publia des bandes quotidiennes de Tarzan, prenant ainsi le relais de L'As, mais avec des bandes plus récentes. Ces bandes, qui paraissaient en noir et blanc aux U.S.A., furent coloriées dans leur version française, avec progrès par rapport à L'As. Elles respectaient relativement bien les dessins originaux dans leur ensemble, quoique le texte sous l'image fût remplacé par le texte dans l'image et même par l'usage de phylactères. La couverture du n° 217 fut illustrée par un montage de plusieurs dessins agrandis de Tarzan. Du n° 213 au n° 234, nous y découvrons les bandes quotidiennes S1 à S150, soit Tarzan and the Mayan Goddess d'après le serial The New Adventures of Tarzan avec Herman Brix. Dessinée par William Juhré, l'histoire restait assez conforme à la version écourtée (européenne) du film, mais l'artiste s'était vu obligé de supprimer beaucoup de personnages secondaires qu'il n'était pas possible d'incorporer dans les cases étroites de ce système de publication.

Du n° 237 au n° 249, les bandes U1 à U96 nous permettent d'admirer Tarzan and the Magic Men, d'après la première partie de Tarzan the Magnificent. À nouveau dessiné par Juhré, cet épisode est très fidèle au roman.

Dans les n° 250 à 264 se trouvent les bandes V1 à V84, correspondant à Tarzan Under Fire, toujours dessiné par Juhré, et qui raconte, très fidèlement aussi, l'histoire Tarzan and the Tarzan Twins with Jad-Bal-Ja the Golden Lion. La guerre ayant interrompu Hurrah après le n° 264 du 23 juin 1940, ce dernier numéro fut peu diffusé à cause des circonstances. Il fut republié le 10 décembre 1940. II existe donc 2 numéros 264 identiques, sauf pour la date.

Rex Maxon succéda à Juhré dans les n° 265 à 287, avec Tarzan the Fearless, illustration du film avec Buster Crabbe (bandes quotidiennes W1 à W96).

Enfin, Maxon nous donna encore, dans les n° 288 à 316, les bandes quotidiennes 1 à 113 de la nouvelle série. Cette histoire ne se termine malheureusement pas dans Hurrah, les bandes américaines venant à manquer, suite aux interdictions de l'occupant allemand. Il faudra attendre 1946 et Collection Tarzan du même éditeur pour connaître la fin de l'épisode. Du n° 288 au n° 293, Cino Del Duca avait tenté d'innover : il présentait Tarzan comme un roman dont l'auteur était Henri d'Alzon, la B.D. étant réduite à 3 ou 4 dessins. Tout laisse à penser qu'il s'agissait d'un camouflage destiné à contrer l'occupant.

Pour les amateurs, nous précisons que les bandes de Juhré ont été rééditées dans Collection Tarzan n° 17 à 21, 27 et 28 (1946-1947).

Les bandes de Maxon ont été rééditées dans Collection Tarzan n° 13 et 14, 15 et 16 (1946). L'épisode demeuré en panne après le Hurrah n° 316, soit les bandes quotidiennes 114 à 173, se trouve dans les 14 dernières pages du Collection Tarzan n° 16 de 1946. Collection Tarzan n° 15 ne donne cependant pas les bandes parues dans le n° 294 de Hurrah.

Conclusion : pour pouvoir lire l'entièreté des 173 premières bandes quotidiennes - nouvelle série de Maxon, il faut passer de Tarzan (zone libre) à Hurrah n° 294 à 316, puis à Collection Tarzan n° 16. Quelle salade !

Finalement, l'intérêt du journal Hurrah est surtout représenté par les bandes quotidiennes de Juhré, qui compte parmi les meilleurs dessinateurs de l'avant-guerre. La principale caractéristique de ses personnages étant, ainsi que l'a dit Francis Lacassin, dans l'expression des visages, avec des yeux aux pupilles souvent dilatées. Nous y ajouterons une opinion personnelle : ayant lu et admiré ces bandes dans notre prime jeunesse, nous y avions trouvé la même atmosphère angoissante et les mêmes décors fantastiques que dans les Tarzan en romans Hachette parus à la même époque. À notre humble avis, Juhré avait bien lu et bien compris Burroughs. De même, dans l'histoire des jumeaux, Juhré avait très bien saisi et très bien rendu l'humour subtil du père de Tarzan. Dommage qu'il n'ait pas continué à dessiner. Dommage aussi que Tarzan's Quest, adapté par Juhré en bandes quotidiennes n° T1 à T162, demeure inédit en français.
 

Numéros
Dessins
Source
213 à 234
William Juhré
Bandes quotidiennes S1 à S150
237 à 249
William Juhré
Bandes quotidiennes U1 à U96
250 à 264
William Juhré
Bandes quotidiennes V1 à V84
265 à 287
Rex Maxon
Bandes quotidiennes W1 à W96
288 à 316
Rex Maxon
Bandes quotidiennes 1 à 113


© Michel Vannereux