LE CYCLE DE PELLUCIDAR
At the Earth’s Core
   
EDITIONS ORIGINALES
In : All-Story Weekly, 4, 11, 18 et 25 avril 1914.
Chicago, A.C. McClurg & Co., juillet 1922.
 
 
Bibliographie française
Couvertures françaises
Adaptations en bandes dessinées

 

RESUME
 
Alors que le narrateur chasse le lion dans le Sahara, il découvre un homme blanc seul dans une petite oasis. L’individu est stupéfié quand il apprend la date. Dix ans se sont écoulés alors que lui imaginait une année. Il s’appelle David Innes et raconte son histoire.

Le jeune David Innes et le vieil inventeur Abner Perry testent une invention de ce dernier : une « taupe d’acier » capable de s’enfoncer profondément sous terre. L’engin s’emballe et ne peut plus s’arrêter, jusqu’à ce qu’il jaillisse à nouveau à l’air libre, sans avoir toutefois dévié de sa course.

David et Abner sont attaqués par un monstre. En fuyant, David se retrouve face à des hommes primitifs qui le capturent et l’emmènent dans les arbres. Il est enfermé dans un village où il retrouve Abner Perry dont il a été séparé. Celui-ci explique qu’ils se trouvent à l’intérieur de la Terre, à la surface interne d’une sphère. Le soleil qu’ils voient est au centre exact du globe.

Ils sont livrés à des êtres, mi-hommes, mi-gorilles, les Sagoths, qui les attachent à une longue chaîne de prisonniers. Commence une longue marche sous le soleil.

David et Abner apprennent la langue des autres prisonniers. Parmi ceux-ci se trouvent la belle Diane la Magnifique et le sournois Hooja le Rusé. David frappe Hooja quand celui-ci importune Diane mais, par méconnaissance des coutumes locales, il offense la jeune femme.

Lors de la traversée de cavernes, Diane et Hooja disparaissent. Le groupe finit par atteindre Phutra, la ville souterraine des Mahars, des reptiles volants maîtres de Pellucidar. Les prisonniers doivent servir d’esclaves.

David et Abner apprennent que les Mahars sont tous des femelles et qu’ils se reproduisent en fertilisant leurs œufs avec un procédé chimique. Tous les prisonniers sont soudain entraînés de force dans une arène. Des captifs évadés ont été repris. Ils sont confrontés à un thag, un buffle géant, et un tarag, un tigre. Après un combat sanglant, le thag s’échappe, semant la panique. David en profite pour fuir.

Il gagne facilement la surface. Il arrive près d’une mer et vole une pirogue posée sur la plage. Pourchassé par le propriétaire de celle-ci, il se dirige vers le large mais quand l'homme est attaqué par un reptile marin, David lui sauve la vie. L’indigène s’appelle Ja. Il emmène David dans l’île où vit son peuple.

Un temple des Mahars se trouve à proximité, et David et Ja partent jeter un coup d’œil. Horrifié, David voit des Mahars dévorer vivants des êtres humains immergés dans un lac. Le repas fini, il bascule dans le lac mais les Mahars se sont endormis après leur repas. David s’empare d’une pirogue et rejoint le continent. Il est confronté à un sithic, un labyrinthodon, mais reçoit l’aide de Ja qui l’a suivi.

Les deux hommes se séparent et David retourne à Phutra pour aider ses amis. Ceux-ci ont toutefois l’impression que David ne s’est absenté qu’un court instant. David est interrogé par les Mahars et condamné à la vivisection. Il s’évade et rejoint ses compagnons. Ils mettent en application un plan soigneusement préparé. Tuant quatre Mahars, David, Abner, Ghak le Chevelu et Hooja revêtent leurs dépouilles pour se déplacer incognito dans Phutra. Ils emportent avec eux le Grand Secret, le livre qui renferme la formule permettant aux Mahars de se reproduire.

Ils gagnent la surface et partent en direction de Sari. Ils sont alors rattrapés par une troupe de Sagoths. Hooja est dépêché en avant pour alerter les Sariens mais il abandonne ses compagnons. David est séparé de Ghak et Abner puis tombe sur un gigantesque ours des cavernes, un ryth, qui le débarrasse de ses poursuivants.

David élit domicile dans une grotte située dans une vallée édénique puis un jour, il retrouve Diane, menacée par un thipdar, un reptile volant. Peu après, David doit affronter Jubal le Laid, membre de la tribu des Amozites qui veut prendre Diane la Magnifique comme femme, et parvient à le tuer.

David et Diane partent pour Sari. En peu de temps, David met en place une fédération de tribus dirigée par lui-même avec le titre d’empereur. Armés d’arcs, d’épées et bien organisés, Amozites et Sariens remportent une grande victoire sur les Sagoths. Des prisonniers sont faits et des esclaves libérés. Parmi ces derniers se trouve Hooja.

Afin de ramener des armes modernes et des manuels techniques, David décide de revenir en surface. Il compte emmener Diane avec lui dans le prospecteur mais, au dernier moment, Hooja l’échange contre un Mahar.

David s’en aperçoit trop tard. Il émerge au cœur du Sahara. C’est là qu’il rencontre le narrateur qui va lui procurer tout ce dont il a besoin. David repart ensuite avec le prospecteur, tirant derrière lui plusieurs kilomètres de fil électrique qui vont permettre d’établir une liaison télégraphique entre Pellucidar et la surface. L’extrémité se situe dans une petite pyramide au cœur du Sahara. Le narrateur ignore toutefois son emplacement exact.


BIBLIOGRAPHIE FRANCAISE

« Au cœur de la Terre ». In : Le Journal de Mickey, n° 157 (17 octobre 1937) à 176 (27 février 1938). Traducteur inconnu.
« Au cœur de la Terre ». In : Story, n° 80 (27 décembre 1946) à 107 (4 juillet 1947). Traducteur inconnu.
Au cœur de la Terre. Paris : OPTA, octobre 1966 (coll. Club du Livre d’Anticipation), hors-série n° 1. Traduction : Pierre Billon. Couverture : Alain Tercinet.
Au cœur de la Terre. Paris : Édition Spéciale, avril 1971 (coll. Pellucidar, n° 1). Traduction : Pierre Billon. Couverture : Philippe Druillet.
Au cœur de la Terre. Paris : Temps Futurs, mars 1982 (coll. Heroïc Fantasy/Pellucidar, n° 1). Traduction : Pierre Billon. Couverture : Pierre Joubert.
« Au cœur de la Terre ». In recueil : Le cycle de Pellucidar – 1. Bruxelles : Lefrancq, janvier 1997 (coll. Volumes). Traduction : Pierre Billon. Couverture : Jean-Jacques Chaubin.
Au cœur de la Terre. Cressé, PRNG Éditions, mars 2016. Traduction : Pierre Billon. Couverture : Roy Krenkel.

 

EDITIONS FRANCAISES EN VOLUME
 


OPTA, coll. Club du Livre d’Anticipation
(1966)


Édition Spéciale, coll. Pellucidar
(1971)


Temps Futurs, coll. Heroïc Fantasy/Pellucidar
(1982)
 


Lefrancq, coll. Volumes
(1997)
Le cycle de Pellucidar – 1


PRNG Éditions
(2016)