LE CYCLE DE MARS
The Chessmen of Mars
   
EDITIONS ORIGINALES
In : Argosy All-Story Weekly, 18 et 25 février, 4, 11, 18 et 25 mars, 1er avril 1922.
Chicago, A.C. McClurg & Co., novembre 1922.
 
 
Bibliographie française
Couvertures françaises
Adaptations en bandes dessinées

 

RESUME
 
Le narrateur reçoit la visite de John Carter, qu’il n’a plus vu depuis des années. Comme Burroughs est en train de jouer aux échecs, cela lui évoque une histoire qui implique sa fille Tara.

Une réception a lieu à Hélium. Tara, la fille de John Carter et Dejah Thoris, fait la rencontre de Gahan, le jed de Gathol. Irritée par son comportement, elle prend un petit aéronef mais une tempête fait rage, et elle est emportée par l’ouragan.

Son appareil se retrouve dans une vallée inconnue. Elle est stupéfaite en voyant les habitants : des corps humains sans tête et des créatures composées d’une énorme tête pourvue de six petites pattes. Tara est capturée et conduite auprès de Luud, le maître des lieux.

Elle apprend que les corps sans têtes sont appelés rykors et sont dépourvus d’intelligence. Ils servent de monture et de nourriture aux kaldanes. Le pays où ils vivent s’appelle Bantoom.

Tara est ensuite enfermée et doit être engraissée pour servir de nourriture. Appréciant quand il l’entend chanter, son gardien, le kaldane Ghek, se montre amical.

Gahan de Gathol s’est précipité à l’aide de Tara avec son vaisseau, le Vanator. Il est emporté par l’ouragan et se retrouve à Bantoom. Avec l’aide de Ghek, il arrive à libérer tara et tue Luud. La jeune femme ne reconnaît pas Gahan, qui prend l’identité de Turan, un simple panthan. Ils rejoignent l’aéronef.

Ils arrivent près d’une ville qui leur est inconnue et sont rapidement capturés. La cité s’appelle Manator et est dirigée par le jeddak O-Tar.

Tara est enfermée dans les Tours de Jetan. L’esclave Lan-O explique qu’à Manator, on joue au jetan avec des pièces vivantes, la prise d’une case se traduisant par un combat à mort entre deux guerriers.

Une troupe entre dans la ville : celle d’U-Thor, jed de Manatos, la seconde ville de Manator, qui est aimé de la population. Il se fâche quand il apprend qu’A-Kor, le fils d’O-Tar et d’une esclave que lui-même a épousée, est prisonnier. Un combat éclate puis U-Thor se retire avec ses hommes. Ils se rassemblent à l’extérieur de la ville.

Tara, Gahan et Ghek sont conduits devant le jeddak. Tara est accusée d’être une Corphale, une créature surnaturelle, de même que Ghek. Tous les trois sont condamnés à mort. Ghek utilise ses pouvoirs pour permettre à Gahan et Tara de s’enfuir. Tara est toutefois reprise par la faute d’un vieillard, I-Gos. Il affirme avoir deux mille ans et il donne aux morts l’apparence d’êtres vivants, ces corps ornant les lieux publics à Manator.

Tara doit être l’enjeu d’une partie de jetan. Sous une fausse identité, Gahan s’inscrit pour jouer. Après que son camp a remporté la victoire, I-Gos le reconnaît et le dénonce à O-Tar. Les hommes de Gahan fuient dans un tunnel pour retrouver les troupes d’U-Thor rassemblées à l’extérieur de la ville.

Tara et Gahan se cachent dans une pièce censée être hantée par le fantôme d’un ancien jeddak, O-Mai le cruel, dont le corps momifié repose sur un lit.

I-Gos capture Tara et l’amène à O-Tar qui décide de l’épouser.

Mis au défi de pénétrer dans les appartements d’O-Mai, O-Tar s’y rend mais il perd connaissance en voyant le corps – en fait Gahan – bouger. I-Gos, qui s’est rangé au côté de Gahan, subtilise un poignard au jeddak inconscient.

Le jour du mariage, Gahan prend la place d’O-Tar sous un masque cérémoniel. Quand le véritable jeddak surgit, I-Gos montre le poignard subtilisé, prouvant ainsi la lâcheté du jeddak dans la chambre d’O-Mai.

Des guerriers d’U-Thor font irruption pour mettre A-Kor sur le trône. Ses soldats déferlent sur la ville alors que des vaisseaux d’Hélium et Gathol déposent des hommes.

John Carter arrive. Un poignard est tendu à O-Tar qui se donne la mort.


BIBLIOGRAPHIE FRANCAISE

Échecs sur Mars. Paris : Édition Spéciale, novembre 1971 (coll. John Carter, n° 5). Traduction : Jacques Parsons. Couverture : Philippe Druillet.
« Les pions humains du jeu d’échecs de Mars ». In recueil : Le cycle de Mars – 1. Bruxelles : Lefrancq, avril 1994 (coll. Volumes). Traduction : Carole Devos. Couverture : Patrice Sanahujas.
« Échecs sur Mars ». In recueil : Le cycle de Mars. Paris : Omnibus, février 2012. Traduction : Sébastien Guillot. Couverture : Marc Taraskoff.
« Échecs sur Mars ». In recueil : Le cycle de Mars. Paris : France Loisirs, novembre 2012. Traduction : Sébastien Guillot. Couverture : Marc Taraskoff.

 

EDITIONS FRANCAISES EN VOLUME
 


Édition Spéciale, coll. John Carter
(1971)


Lefrancq, coll. Volumes
(1994)
Le cycle de Mars – 1


Omnibus
(2012)
Le cycle de Mars
 


France Loisirs
(2012)
Le cycle de Mars